FR

Ce samedi 18 octobre, nous jouons à l'Ombrage. Ce qui étonnant, ce que personne n'a jamais songé à mettre mettre ce nom du club au pluriel... Il y a l'adresse officielle, l'adresse du terrain et l'adresse du parking, cette dernière couvrant à peu près l'ensemble du territoire communal de Woluwé.

Ce qui intéressant quand vous jouez aux Ombrages, ce qu'il n'y a plus besoin d'entrainement. Après trois kilomètres à pieds de la voiture au terrain, parcourus en courant puisque vous d'office en retard, vous êtes prêts à grimper sur le terrain, prêts à en découdre. C'est d'ailleurs ce que nous faisons, nous envoyons les boys sur le vert terrain pour se défouler un peu, pendant que nous, les adultes ô combien responsables et fins tacticiens, entamons les pronostics du jour.

Ce qui est certain, c'est qu'il faut marquer pour gagner. Sans but, au maximum c'est un partage. Juste non? Tout affairé.e.s à philosopher sur les possibilités qui nous sont offertes, nous décidons de n'en garder que trois. Soit on gagne, soit on fait un nul, soit on perd. C'est quand même dingue que depuis des centaines d'années, le sport ne se résume qu'à trois options. Auxquelles on peut rajouter le forfait, le report, l'annulation ou le dopage physique ou mécanique. Ou, la moto qui roule trop lentement...

Oui, je sais, c'est long. Mais je m'exerce à trouver des phrases inutiles dans le cas probablement illusoire d'un non-retour à la casa du départ. Tenter de trouver une parade pour inventer des matches qui n'auraient pas eu lieu. Des matches qu'on ferait semblant de gagner, en ayant appris de nos erreurs. On apprend beaucoup de nos erreurs, comme le disait très justement une ministre de la santé... Quoi?

Lors du dernier match, des erreurs il y en a eu un paquet, si bien qu'aujourd'hui, on devrait être carrément sur du velours.

Enfin bref, balle au centre. Sur le velours ombragé du terrain, un joueur local déboule tout seul dans notre cercle après une belle construction de leur part et c'est déjà...loupé. Notre gardien le stoppe proprement sur sa lancée, n'empêche l'alerte a été chaude. Je ne vais pas vous faire toutes les phases de jeu dans le détail, rassurez-vous. Disons que la première mi-temps à défaut d'être hyper passionnante est tout de même équilibrée, plaisante à regarder, et apporte son lot d'adrénaline.

Nous menons assez rapidement au score avec un but d'avance. Et paf, pc dans notre cercle. L'Ombrage porte bien son nom, le Parc est face au soleil et ils profitent de cet avantage sournois pour nous coller une égalisation. La première mi-temps 2 s'achève sur un partage, après 35 minutes et une seconde.

Une petite précision qui a son importance. En face, l'attaque de l'Ombrage crie au grand complot et prône le retour à l'heure d'été, alors qu'ils étaient en pleine course vers notre cercle. Maar zoals de wet is de wet, le temps c'est le temps. Le bras en l'air, la montre tournée vers les cieux vouée à l'inspection divine, Cédric renvoie les deux équipes à leurs coaches respectifs pour la pause.

Profitons de la pause pour remercier nos arbitres qui se succèdent sur les terrains. Clap, clap, clap. Applaudissements et coup de sifflet, la seconde mi-temps est lancée.

Pour le coup, dès les cinq premières minutes, nous avons un bon feeling. Les boys bougent bien, la balle circule à travers tout le terrain, les têtes se lèvent pour chercher les coéquipiers qui offrent des solutions... Et, les goals commencent à tomber en notre faveur. Nous menons 2-1, avant de revenir dans leur cercle et d'en planter un troisième. J'entends Raph qui chantonne "Quand le Parc se met à jouer...". On est chaud comme des baraques à frites dans le P-Side, les parents donnent de la voix. Sur le terrain, les boys cassent la baraque. Ils ont enfin cette étincelle qui leur manque parfois, l'engagement physique aux duels, les courses qui vont jusque au bout.

L'Ombrage ne démérite pas et s'offre de toutes belles occasions, heureusement notre défense meurt mais ne se rend pas. Le Parc continue de dérouler les enroules à travers leur défense et c'est 4-1. Festival fieu. Nous poussons encore le son, Le Parc remonte sur scène pour un rappel, tant qu'à faire, ils choisissent d'envoyer un riff en grand et... Slash ! Le cinquième.

Nous en sommes à un fifrelin de la fin lorsque nos bafouilles de bonheur s'écrabouillent devant notre camp qui cafouille dans son cercle et merdouille, la balle à l'encontre de notre plein gré termine le timing du match. Un vent favorable m'a rapporté quelques quolibets énoncés par de vives voix hilares lorsque nos kids ont traversés le terrain en début de match.

Le Parc, c'est un club de hockey? N'en prenez pas Ombrage très chers, mais aujourd'hui, on était chez nous. Hashtag, lagrandefamilleduparc vous salue.

 

Après une première saison 2019-2020 en U7 très prometteuse au cours de laquelle nos jeunes joueurs, alors âgés de seulement 5 ans et débutants la compétition, firent à de nombreuses reprises honneur à leur maillot en remportant la majorité de leurs rencontres, nous retrouvons les prés verts en ce début de saison 2020-2021. L’équipe entame la saison comme elle avait terminée la précédente interrompue par la crise sanitaire, à savoir par 3 victoires indiscutables au racing, au white star et contre le Daring.

Maintenant que la chasse est ouverte, nous étions reçus à l’orée à l’avenue de la faisanderie pour un derby toujours engagé et l’on ne fut pas déçus, le parc ayant été pris à la gorges dès le début du match et se faisant rapidement mené par 3-0, à la grande joie des spectateurs locaux, mais c’était sans compter sur la persévérance et la volonté de nos jeune pousses. A ce moment-là, l’équipe piquée au vif et souhaitant maintenir son invincibilité, s’est mise en mode « hockey champagne » et a commencé son travail de sape et à étouffer son adversaire: il n’y avait plus qu’une équipe sur le terrain. Le parc U7-B1 a baladé son adversaire du jour grâce a un festival de passes transversales, un gauche - droite incessant, les jeunes de l’orée ne savaient plus ou donner de la tête. Au début, les belles actions n’ ont pas porté directement leurs fruits et la pause fut atteinte avec un score de 4-2 en faveur des locaux de l’orée, mais dès la reprise de la seconde période, le parc revenait à 4-3.

L’équipe décida de maintenir la pression, de continuer à développer son plan tactique à la perfection et recolla à 4-4. Il restait alors 14 minutes à jouer. Alors que l’orée reprenant l’avance (5-4), le parc répliqua immédiatement et recolla au score (5-5 et 12 minutes à jouer). Scénario identique dans les 3 minutes qui s’ensuivirent et le score de parité était maintenu à 9 minutes de la fin (6-6). La tension était à son comble, comment le derby allait-il se terminer?? L’orée parvenait à garder la tête hors de l’eau, mais pour combien de temps? Au fur et à mesure des changements d’aile magistraux, les adversaires furent épuisés et le parc parvint à prendre, enfin et plus que méritoirement, l’avance: 6-7 à 7 minutes de la fin (et surtout 2-5 en 2ème mi-temps). Le 8eme goal intervint à 3min30sec de la fin. Le break était fait. Le parc gérait la fin de match, et malgré une petite frayeur à 35 secondes de la fin (7-8), le parc empochait une 4ème victoire de rang au bout d’un match presque parfait et sous les applaudissements et admirations des spectateurs adverses, sous le charme du jeu développé par le parc U7-B1.

La prochaine étape aura lieu le week-end prochain aux watducks: espérons que nos jeunes continueront sur leur lancée et proposeront le même jeu à Waterloo!

C’est par un froid de nature à favoriser les Pingouins que les U10B1 du Parc défendaient à domicile les couleurs auderghemoises.

Les deux équipes commencent le match en faisant jeu égal, la défense du Pingouin est bien organisée et ce sont les visiteurs du Parc qui ouvrent le score. La réaction de nos boys ne se fait pas attendre et ils ont vite fait de rétablir l’équilibre sur PC avant de planter en fin de première mi-temps un goal qui leur permet de regagner les vestiaires avec la plus courte avance.

Les supporters de U10B1 le savent: cette équipe est un moteur diesel, qui monte en puissance au fil des minutes de chaque match. À la reprise, les deux équipes ferraillent quelques temps à armes égales, mais le Parc prend rapidement l’ascendant, les offensives sont construites et se succèdent et les goals s’enchaînent. Score final : 6-1, les U10B1 du Parc continuent sur leur lancée victorieuse. Bravo les petits gars et rendez-vous samedi prochain pour un derby bruxellois tout en nuances de bleu (Orée vs Parc)!

 

Bien naïfs ceux qui imaginent que le terme Nationale possède un lien quelconque avec la nation. Après enquête, il semblerait que cette catégorie découle, comme les autres, de la longueur du déplacement des équipes et des supporters. Régional, tu visites la région. Local, comme les produits du coin ou division d'honneur comme "Que nous vaux l'honneur de vous voir jouer chez nous?".

Les boys U16 1, jouent en Nationale, donc... pour ne pas changer les habitudes, nous nous levons aux aurores pour prendre la route en direction de Temse. Notons au passage que les nationales de Flandre, sont fort joliment plates et bordées de zoning industriels flambants neufs, qui défilent très très lentement. Si les élevages en nids de poules, en milieu macadamisés, sont une spécialité wallonne, la spécialité flamande serait plutôt la photographie routière. Si bien que ce n'est de nouveau pas ce samedi qu'on va remporter la partie contre Waze.

Ce qui n'est pas vraiment catastrophique, l'objectif du jour, est plutôt de remporter les trois points, en battant Temse sur son propre terrain. Pour arriver les premiers au drapeau à damier, nous avons misé sur la légèreté, en alignant dix joueurs seulement.

Deux malades, deux blessés, un empêché. Quinze moins cinq, ça fait dix pour le Parc, à courir derrière les trois points. En face les Temsois, sont onze plus quatre pour s'enfuir avec les trois points. Calculez comme vous voulez, il nous manque un gars pour la partie de mille bornes.

Balle au centre. Coup de sifflet. Balle dans notre cercle. Shoot dévié et bon dieu de merde c'est déjà chaud. Les premières minutes sont assez compliquées. Ils font bruler la gomme dans notre camp et ça sent de plus en plus le cramé. Comme dirait notre gardien, ça sentait le truc répété aux essais. Ils déroulent quelques fois les mêmes séquences chronométrées qui nous font comme des tâches d'huile sous les aisselles. Le hockey, c'est poétique.

Le Parc meurt mais ne se rend pas. En fait si, nos boys rendent de plus en plus souvent visite au gardien local, très sympa et très accueillant. Nos boys le trouve cool, sans doute, et décident de ne pas le dégommer de suite. Même s'il faut bien se l'avouer, ils se conduisent très très bien à dix, nos garçons. On se prendrait bien à recompter le nombre de joueurs présents dans nos stands, parce qu'ils occupent toute la piste et que les communications radios entre les pilotes sont impeccables.

Après une belle accélération, Le Parc décide de dépasser par la droite, et d'un magnifique talon pointe, Maxime envoie la balle de hockey (je précise, parce qu'on part un peu en slide), au fond du goal. Folie dans les gradins, coup de Klaxons et sirènes... On est devant!

Le Parc reste en tête jusqu'à la rentrée aux stands. Sergeï fait rapidement le plein de conseils et d'encouragement. On passe un coup de torchon sur les caboches, on fait briller les sponsors des maillots et nous voici déjà au deuxième tour.

La seconde mi-temps démarre sur les chapeaux de roues, les deux écuries sont aux coudes à coudes. Nous assistons à des sprints incessants d'un côté à l'autre. Les plus belles tentatives sont celles du Parc qui, par trois fois, manquent d'un fifrelin l'entrée du tunnel de la gloire.

Les moteurs commencent à manquer de jus du côté du Parc, on ne fonctionne que sur dix soupapes face aux quinze chevaux d'en face. Petit à petit, on dérape un peu.

Heureusement, l'arbitre local siffle la fin du match. Explosion de joie sur le terrain, dans les tribunes les lunettes de soleil embuées par le port du masque s'envolent dans les airs...Champagne! Ici, c'est Monaco. Et vous êtes probablement soulagés de sortir de ce résumé kilométrique...

Le seul qui n'a pas l'air d'être aussi euphorique, c'est Raph, notre arbitre du Parc. Il a le nez sur le chrono et il ne semble pas satisfait par le timing. Le commissaire de piste du coin a sifflé... dix minutes trop tôt.

Ecran pub. Un week-end en Ardenne, une montre, une Ferrari... c'est en moyenne ce que nous proposons spontanément à Raph. Mais, rien n'achète le fair-play d'un arbitre du Parc.

Retour au direct. Ici, les studios pour dix minutes supplémentaires. Le Temse va être long, très long. Sergeï descend une vodka, deux, trois, quatre... Mentalement en tout cas. Il donne de la voix, impossible de revivre la course de la semaine dernière, de prendre un goal à deux minutes de la fin après avoir menés tout le match. Et ça marche!

Complètement rincés, nos braves boys sont au rupteur mais ils poussent une dernière fois vers le bout du bout du monde. Effectivement, ça semble très loin le goal adverse dans leurs états... Mais collectivement, ils remontent la balle vers Téo Albator qui se retrouve esseulé dans leur cercle...

Je le connais depuis qu'il est tout petit Téo, je sais déjà que c'est le genre de truc où il fait simple, courir - armer - shooter - goal!

Fin de la course, on gagne 0 - 2! A dix contre quinze.

Nous (les fans) sommes très fiers de vous. Merci Raph pour l'arbitrage, impeccable et intègre. Rendez-vous la semaine prochaine, au Parc.

Ma femme: tu crois vraiment que les gens vont lire jusque-là? C'est n'importe quoi, on t'a demandé un résumé, pas un livre.

Moi: ma biche, tu sais... nous sommes en Nationale. Il faut faire voyager le lecteur éventuel. Si vous êtes arrivés jusqu'ici, merci!

 

Par ce beau samedi ensoleillé de septembre, nos U10B1 rencontraient les « rouges » namurois sur leurs terres.
Un arc-en-ciel augurait d’un match tout en couleurs, mais avec une forte dominance bleu et blanc. Et de fait: si l’entame du match était teintée de rouge, après quelques minutes tombait le premier PC auderghemois. La pression était blanche et bleue, les actions du Parc s’enchaînaient sur un rythme soutenu, mais un léger manque de réalisme des joueurs face au goal adverse expliquait le score toujours blanc. Enfin, sur un puissant tir latéral, la balle trouvait le chemin des lattes namuroises et récompensait les efforts des boys du Parc! Le répit n’était toutefois que de courte durée: Namur, lucide et opportuniste, égalisait sur contre-attaque dans la foulée! Le Parc campait dans le camp adverse, les PC s’enchaînaient pour nos boys, mais c’était pourtant Namur qui rentrait aux vestiaires à la mi-temps avec un goal d’avance! Les parents supporters passaient, eux aussi, par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel émotionnel. Heureusement, Sabine et ses troupes restaient concentrés et maintenaient dès la reprise un pressing serré. L’égalisation vint sur PC - enfin concrétisé! Le gardien auderghemois rassurait son équipe par des arrêts solides et décidés, et la seconde mi-temps voyait le Parc dérouler, libérés! Les buts pleuvaient, sous les exclamations enthousiastes des supporters bleus et blancs! Score final: 2-5, qui reflète bien la domination des couleurs auderghemoises face à une équipe namuroise pourtant solide et réaliste. Beau match, les petits gars, et rendez-vous au Parc le week-end prochain! 

Ce samedi 5 septembre, le U16B1 se déplaçaient à Oud-Turnhout.

Si vous ne connaissez pas Oud-Turnhout, la première chose à retenir, ce n'est pas la porte à côté. C'est loin, voire presque très loin.

Mais comme c'est le premier match de l'année, après une interruption de saison plus longue que la saison elle-même, l'ambiance dans les voitures est plutôt bon enfant. Les boys sont contents de rejouer au hockey et les parents semblent heureux de se revoir.

Nous voici arrivés face au complexe sportif du club de hockey Taxandria. Un parking pour le foot, un parking pour le tennis et un dernier parking pour le hockey. Ce n'est qu'un aperçu de la configuration des lieux, un club-house pour le foot, un club-house pour le tennis et un dernier club-house pour... le hockey. Bravo !

On se plie volontiers aux injonctions sanitaires édictées par le conseil national, les instances régionales, le conseil communal et les clubs sportifs. Bref, nous commandons les cafés masqués, à distance respectable du bar, nous payons sans contact, nous buvons assis et nous attendons sagement que l'échauffement s'achève.

Jusqu'à présent, je vous le concède, ce n'est pas super excitant à lire, mais c'est le juste reflet de la réalité du parent de sportif. Debouts à l'aube, un paquet de kilomètres, un café ou deux, des nouvelles des autres, les enfants ont grandi, ils ont de la moustache, des poils etc...

Et enfin, la balle est au centre. Coup de sifflet, magistralement orchestré par Raph. La partie est lancée. On pouvait s'y attendre, les premières minutes sont au petit trot. Puis, nous passons au petit peu trop. Trop dans notre cercle, trop haut, trop bas, trop ceci ou trop cela... Heureusement, cela ne rentre pas dans nos filets. En réalité, ce sont leurs filets, mais ils nous ont prêté un goal, le temps du match. Fair-Play !

La première mi-temps se déroule plutôt en leur faveur... mais nous voici enfin dans leur cercle et l'arbitre local se déroule aussi en leur faveur. Il nous semble voir, quelques instants, une partie de billard à bouchons entre les pieds des joueurs adverses. Quelques mains se lèvent chez nos joueurs... Scénario identique quelques minutes plus tard.

Néanmoins, depuis les tribunes, la lecture du jeu n'est pas la même que celle de l'arbitre qui a le nez sur la balle. Donc, total respect et personne ne grogne. D'ailleurs, on en parle plus, c'est promis. La première mi-temps touche à sa fin, le temps de prendre un goal. Paf - dur pour le moral - mi-temps. Allez, envoie une drache Jan !

On va faire court pour la suite: score final 5-0. On ne va pas vous détailler tous leurs goals, faut pas déconner. Si ça vous intéresse, ils doit exister un résumé en flamand sur leur site internet.

Est-ce que nous aurions du être super déçus ou se pencher sur nos erreurs? Et bien, non! C'était plutôt pas mal comme match, le résultat ne reflètent pas la réalité. Thérapie de groupe sous la forme d'un verre en terrasse avant de reprendre la route. Pour gagner les prochains matches, il faut une équipe soudée. Allez, envoie une drache Jan !

Bref, en résumé...si un jour vous allez à Oud-Turnhout, c'est loin !

Bonne semaine à toute la famille du Parc.

  • Le Comité des parents supporters et les joueurs réunis remercient Raph pour l'arbitrage. Impeccable, comme d'habitude.

 

À partir du mercredi 9 septembre, les équipes jeunes (de U9 à U16) auront un entrainement physique de 30 minutes avec Alexandre Del Barrio.
 
Celui-ci aura généralement lieu sur les terrains de tennis, soit après, soit avant l’entrainement de hockey.
 
Les heures des entrainements physiques se trouvent dans le profil twizzit de votre enfant ainsi que ci-dessous.
 
Comme vous le savez, l'introduction de l'obligation de l'examen théorique s'est faite étape par étape, avec d'abord les U19 et ensuite les U16 durant la saison 2019-2020.
 
Pour la saison 2020-2021, c'est au tour des U14 de passer leur examen théorique d'arbitrage .


Afin de faciliter cette transition pour les U14, la fédération a voulu donner aux joueurs de première année U14 la possibilité de s'adapter au jeu sur grand terrain avant de devoir passer leur examen. Aussi pour ces derniers, l'examen n'est nécessaire qu'à partir du deuxième tour. En revanche, tous les joueurs U14 de deuxième année doivent passer leur examen théorique pour le premier match de la saison 2020-2021 !

 

Qui DOIT passer son examen d'arbitrage ?

Tous les joueurs nés en 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002 et 2001 doivent passer et réussir leur examen théorique d'arbitrage avant le premier match du championnat de la saison 2020-2021. 

Pas d'examen = PAS DE MATCH

Tous les joueurs de 2008 doivent passer leur examen théorique au début du deuxième tour.

 

Comment passer son examen ?

  • S'inscrire via le lien suivant : http://parchockeyclub.be/?oid=1026&pid=54983
  • Il faut l'adresse mail de la personne qui passe l'examen - Pas de ses parents !!!!
  • Dominique (notre secrétaire créera ton compte sur la plateforme Drillster)
  • Tu recevras tes données de connexion par mail
  • Ensuite c'est à toi de jouer. 
    Il y a une partioe Drill pour t'entrainer et quand tu es prêt passse le test !

 

 

Les équipes jeunes pour la saison 2020-2021 sont disponibles dans twizzit (excepté les U7B et U12G qui font encore l’objet d’adaptations).
 
Les entraîneurs, coachs et horaires d’entraînements seront communiqués ultérieurement.
 
Nous rappelons qu’avant les U10, aucune sélection sportive n’est effectuée. A partir de U10, les équipes sont basées sur l’investissement, l’attitude, le potentiel et le niveau observés tout le long de la saison.
 
Pour toute question, vous pouvez envoyer un mail à jeunes@parchockeyclub.be
 
 
 
2 moyens pour accèder aux équipes
 
SITE WEB 
- allez sur le site web :  www.parchockeyclub.be
- Equipes (menu du haut)
- Composition (sous menu d'équipes)
- Choisir l'équipe voulue
- ou directement sur le lien ici
 
TWIZZIT
- soit sur l'app soit via votre compte twizzit
- Pour votre compte twizzit : allez sur le site https://app.twizzit.com/v2/feed
- Connectez vous
- Si vous ne connaissez pas vos codes, appuyez sur mot de passe oublié.
- Si le problème persiste, contactez le secrétariat (secretariat@parchockeyclub.be
 

 

Stick to fairplay

Nos Subsides
Contactez-nous

 

 

 

 

Parc Hockey Club  |  50 Avenue Schaller | 1160 Auderghem |  secretariat@parchockeyclub.be

© 2020, website powered by Twizzit.com